06/06/2009

7 juin : quand voter blanc sera nul


1.
Inutile de répéter que voter "démocratiquement" - droit trop rare sur notre planète - permet au plus grand nombre de peser sur le choix de ceux qui gèreront la prochaine étape de notre transhumance.

2.
Voter est utile, voire indispensable.
Même si "cela ne sert à rien" ! Fausse vision de ce système démocratique puisque jamais il n'y a UN gagnant mais DES gagnants, dont certains lorqu'ils s'allient représentent un plus grand nombre en s'accordant sur un tronc de programmes communs à réaliser ensemble durant l'étape suivante.

3.
Il n'y a donc pas de premier parti gagnant et de dernier parti perdant, mais bien à chaque fois une nouvelle coalition qui mènera les débats, et la minorité qui la contrôlera, voir même l'influencera, la mettra au défi de plus de démocratie encore.

4.
Pour voter il n'y a donc pas à faire de tactique. Par contre identifions le programme des candidats le plus proche de nos attentes intimes d'ordre social, philosophique, économique ...

5.
Votons dès lors pour l'Homme jugé sur ses actes et ses capacités de gestionnaire intelligent, sociable et intègre. plutôt que pour un Parti. Votons pour celui qui nous apparaît le plus apte au discernement, au bon compromis, à la bonne décision, au courage moral et intellectuel déterminé ... déjà prouvé !

Rejetons sans ménagement le bling bling, l'acteur médiatique, celui qui nous a pistonné dans notre projet, le narcissique arrogant ou le quémandeur alarmiste, le visionnaire, le prometteur, le mafieux, l'accordéoniste, le buveur, ... c'est-à-dire ceux qui pour nous plaire nous feraient bien oublier qu'ils ne sont pas capables de gérer en bonne démocratie !
Rejetons tout autant le populiste clairvoyant dont nous serons premier oublié une fois qu'il sera "au top" pour y gérer ses intérêts à sa seule manière !

6.
Enfin, voter pour l'Europe plus que jamais a du sens ... puisque c'est bien là que cela se passe !!!

Tellement que les Pouvoirs étatiques, derniers débris de l'Histoire des Empereurs, Rois et Seigneurs, pour 70% de leur "travail" (et probablement un jour pour 100% ?) ne font plus que traduire dans leurs législation "locale" les directives européennes décidées à cet échelon,  non par des fantômes d'ordre martien, mais par ceux que nous allons élire demain !!!

Bien curieusement ce sont les Pouvoirs étatiques qui en combat d'arrière-garde masquent l'importance du niveau décisionnel européen pour faire croire qu'ils sont encore utiles. Fromages obligent !
Une Europe trop "libéralisante" comme on dit aujourd'hui, ou "sociabilisante" comme d'autres en rêvent, résultera de nos seuls représentants - parmi d'autres - par nous élus !

Contrairement à ce que nos fromagers nous font croire, qu'ils soient de gauche ou de droite - pour un très large panel de matières - un gouvernement étatique (le "Fédéral" en Belgique) n'a plus d'autre utilité que d'avaliser ce qui fut décidé en plus haut lieu.
La grande tromperie qui actuellement brouille les pistes est la tactique des Chefs d'Etat eux-mêmes qui s'arrogent tour ce qui réussit et plaît, et dénoncent l'Europe comme cause de ce qui rate ou déplaît.

Quand viendra le jour enfin où tous nous connaîtrons le nom de nos représentants au niveau européen et hésiterons sur le nom des ceux qui gèrent l'Etat voué à disparaître, alors enfin nous pourrons dire que l'Europe sera devenue réalité. Non pas grâce à elle mais grâce à nous.

7.
Mais l'Europe c'est haut, et bien plus haut que les clochers de nos villages. Elle est appelée à gérer des problématiques géopolitiques aux enjeux qui dépassent notre compréhension limitée "à vue" de l'ici et l'immédiat.

Gérer plus haut et plus large immanquablement doit se compléter par la nécessité de gérer plus près et l'identifiable au quotidien.

La Région devient donc inévitablement l'instance qui gère nos spécificités locales en fonction du climat, du relief, des industries et cultures y développées, de la Culture des peuplades qui y séjournent.
Plus que jamais une Région doit devenir le niveau en lequel tous se reconnaissent en ce qu'ils ont de besoin d'humain : être bien ensemble !

8.
Culture !!!?
Non pas cette culture hérétique à la belge où culture veut dire "Francophone" ou "Flamande" reliée au sol comme si la langue y était attachée !
Mais Culture qui est "mode de relations positives et créatives spécifiques à tous ceux qui habitent ensemble un territoire identifiable".

En ce qui me concerne : suis-je Flamand de sang, Fancophone par mes études, Wallon par mes fréquentations majoritaire, Allemand par mes sympathies y découvertes, Français par reconnaissance historique et aujourd'hui par sympathie, Hollandais parce que j'adore me remettre à la masse dans leur cadre de vie maritime ... ????
A moins que tout simplement je me sente Bruxellois. Bruxelles dans ce Bruxelles où je me reconnais dans mes faits et gestes qui m'unissent aux autres, en ce qui me ressemble, en ce à eux m'assemble.

Bruxelles pour moi : petit territoire cosmopolite où tout se passe, se vit, s'échange de façon particulière et très spécifique. Aussi dans ce métro où le soir souvent je suis le seul "native" à bord. Ce métro où un seul geste, un seul mot en une langue non identifiable engendre dans la seconde sourire, espoir, ... et merci, à la prochaine !

9.
Demain 7 juin donc ...
Pour l'Europe et pour notre Région, quelle qu'elle soit,
existante ou en devenir ou à refaire,...
allons voter

10.
Plus que jamais sera nul
le refus de vouloir participer à ce qui un peu plus nous conduira vers demain.