01/02/2011

dictionnaire politique pour nourrissons : fédéraliste ? séparatiste ?


Les deux invoquent la nécessité de réorganiser, de rationaliser, de rendre plus efficient.

Le "fédéraliste" propose centralisation et décentralisation pour renforcer en complémentarité le pouvoir central et / ou celui des entités fédérées.

La solidarité est le ciment de l'ensemble.
Jamais modèle de répartition n'est parfait et toujours il faut revoir la copie.

Un faux fédéraliste est anarchiste. Il conçoit à chaque niveau de pouvoir des responsabilités identiques, ce qui conduit à discussions stériles, inertie et autodestruction.

Le "séparatiste" ne peut que s'associer à un projet qui sépare et divise. Accepter à titre de compromis - même temporaire - un quelconque renforcement du pouvoir central lui est impossible puisqu'il va à l'encontre de sa raison d'être et risque de compromettre son étape suivante.

Le séparatiste ne règle rien mais déplace. Il espère que cela simplifiera les choses, ce qui reste à démontrer, aussi à l'épreuve du temps.

Qu'on le veuille ou non, par besoin vital de solidarité, tous deux sont fédéralistes par rapport aux pouvoirs qui les dépassent. Se séparer ne veut donc dire rien d'autre que d'essayer de déplacer sa case dans un système fédéral incontournable.

Qui rêve de "sa case" seule et autonome rêve de dictature.