18/02/2011

mais en fin de compte ... pourquoi réformer l'Etat ?


Un de mes Amis m'écrit ...

Tout le monde le dit mais je n'entends pas d'arguments rationnels ni ne voit de chiffres qui montrent le côté indispensable des choses.  Vanden Lanotte (VDL du SP-A) avait bien essayé. On voit où ça la mené.

La Belgique est actuellement un des meilleurs élèves de la classe européenne question respect des marges budgétaires. Il n'y a aucune violence (physique) politique dans ce pays... Quelle est la mystérieuse urgence à tout casser pour aller vers quoi?  Problème d'ego? Quand on voit combien de fois de grands experts, qui n'engagent qu'eux-mêmes, se sont foutus le doigt dans l'oeil...
On voit partout que la Belgique est sans gouvernement.  Ah, bon...  On a toujours le gouvernement issu des élections de 2007 non?  Et qui, lui, fonctionne.

Que c'est difficile d'appliquer les règles élémentaires du libre examen...  On reste bien une société religieuse où l'incantatoire tient lieu de vérité.

Et ma réponse (à savoir que son point de vue et aussi le moins, mais pragmatisme oblige) :

La dynamique d'un flamingantisme obsessionnel nous oblige aujourd'hui à faire quelque chose.
Même si cela ne sert à rien de fondamental au niveau du citoyen, tant du Nord, que du Centre et du Sud.

Comme je le dis, il faut désamorcer les ego en leur donnant une grosse sucette.
Répartir autrement les chaises, on le fait même dans les classes (pas sûr !) alors que tous nous savons que c'est la valeur du prof qui compte !
Mais parfois ça dépoussière.

Une fois plus autonomes ... chaque Région verra avec preuve par neuf qu'elle se retrouvera sans l'autre et devra passer accords avec ses voisins dans tous les domaines. Du moins là où l'Europe (dont on ne parle que trop peu) ... n'a pas encore uniformisé !!!

Un coup d'accordéon en apparence vers le bas pourra nous relancer dans une dynamique obligée vers le haut ... qui de toute façon nous est imposée par l'Europe ... et la mondialisation.

Moi sincèrement je m'en fous des mécaniques si pour éradiquer le radicalisme nationaliste il faut passer par là

Négocier avec ses voisins : la Flandre bien plus que la Wallonie déchante par rapport à ses espoirs.
Elle a de grosses difficultés avec les Pays-Bas : communication, Escaut, concurrence entre ports ... Sans une bonne entente avec les Hollandais elle serait gravement embêtée. Et les Hollandais n'en ratent pas une pour embêter la Flandre (oserais-je dire parfois même : la couler).

Beaucoup de "gens biens" ont voté pour la NVA. Ils sont Flamands fiers de l'être et quelque peu perplexes car pas du tout flamingants ni séparatistes. Eux aussi en ces derniers jours chancellent quand au pari politique qu'ils ont fait. Cela nous arrive à tous de miser sur un cheval prometteur pour découvrir plus tard (espérons pas trop tard) qu'ils agissait d'un cheval de Troie. Un de plus !

Une Union Belge ce ne sont que de mots. Comme une Union benelux (?), l'union européenne, une union ??? ... L'intention des mots pourtant - comme Fédération l'était - est non seulement noble, mais les circonstances nous y obligent un peu plus chaque jour !


Terminons sur une note d'extrême bonne humeur qui fait chaud au coeur.

Source De Morgen

Un convive de "de laaste show laat" (émission conviviale du soir "avant d'aller au lit") lance à VDL

"M. le scientifique" (que je traduis de Prof Wetenschap)
et lui demande plus loin
"si la solution ne serait pas de demander à l'Ordinateur américain - qui vient de gagner un Quizz aux USA contre deux "humains grosses têtes" - si lui ne pourrait résoudre le problème belge."
S'en est suivi votre fou-rire engendrant celui de tout le plateau que même la fin de l'émission ne put interrompre !

Merci pour tout M. Vande Lannote, pour votre sérieux, votre efficacité, votre rigueur et votre spécificité belge : sagesse et humour bon-enfant qui bien amène à en rire plutôt que l'humour cynique qui amène à en pleurer.