15/03/2011

Tsunami nucléaire japonais


De cette catastrophe naturelle et ses dégâts collatéraux ... parlons-en !
Ou plutôt par intelligence et respect ... attendons un moment avant d'en parler. Et évitons de créer sensationnel, panique et paranoïa.

Aidons là où il y a demande. Et subissons l'imparable.

Un jour, à têtes froides et reposées, quand la crise aura été cadrée, gérée et analysée, quand nous en saurons tout, alors il sera temps de relativiser et de conclure et de mieux faire.
En attendant accordons aux pompiers de BachterdeKuope les deux hommes en renfort qu'ils espèrent depuis 15 ans !

Acceptons surtout qu'il y a des évènements qui nous dépassent.

Si un jour un astéroïde devait percuter notre Terre, dire qu'il faut d'urgence arrêter les cours dans les écoles car leurs toits n'ont pas été étudiés pour, ou de dire que l'endroit pour y mettre population n'était pas le bon, n'a aucun sens.

L'Humanité n'est pas une fin en soi. Elle ne sera pas éternelle.
D'ici là il nous appartient de la faire vivre mieux et ensemble.

Le nucléaire ? Je n'en suis pas plus fan que du pétrole et du charbon qui eux jusqu'ici ont tué par mille et centaines de mille de vies. Et jusqu'à sa fin, gérons le mieux que ce peut, tels les japonais qui ont fait preuve de grande compétence même si ...

Notre émoi de ce jour doit être alimenté par nos frères et soeurs, les victimes nippones, et non le fonctionnement des chasses des WC des centrales d'Andenne et de Doel.