09/03/2011

un "label d'humanité" en complément des euro-dollars ?


On m'a appris que l'argent permettait d'élargir et d'assouplir les échanges entre les humains : le troc devenu commerce.
Hélas sa qualité aujourd'hui principale est qu'il n'a pas d'odeur.
A ce point que revaloriser la notion d'odeur reviendrait à couler toute économie.

Constatons que le prix d'une machine à laver se complète par un label écologique qui par là la rend plus conforme à une morale fondée sur plus de respect de l'environnement.

Constatons qu'il y a déjà notion de "commerce équitable" où la rétribution de l'indigène producteur est plus correcte.
Ouf pour le café et Oxfam, c'est déjà ça dans la bonne direction.
Suis plus sceptique quand sur une liste toujours confidentielle apparaissent des "produits bancaires équitables". Ils ne m'ont toujours pas convaincu !
 
Sans m'imaginer pouvoir un jour délivrer l'argent de toute odeur désagréable, je prône en mi-chemin l'élaboration "d'un label d'humanité" qui devrait encourager ou interdire certains commerces par trop nauséabonds.

Des exemples d'étiquettes de prix new look ?
* un revolver à eau proposé à un nazi : 500 € + 14 morts
* un joueur de boule proposé à un boucher : 5.000.000 € + 200 torturés + 25 morts + 200.00 rackettés.
* un uniforme et équipement pour 200 mercenaires : 400.000 € + 500 violées + 500 tués + 50.000 rackettés
* une tonne de déchets toxiques :  2.500 € + 120 ans de vie en moins
* un pull : 7 € et un crève-la-faim
* etc ...
(* toute ressemblance avec des cas connus ne serait que pure coïncidence !)

Je sais, je rêve tout haut !
Mais si ce rêve en hantait plus d'un, peut-être que l'argent deviendrait moins sale !