09/04/2011

no-formation gouvernement .BE - Problème gauche-droite, vous voulez rire ?

Je dis depuis des années qu'avant d'être belge le problème qui nous préoccupe est d'abord flamando-flamand.

Une pure lutte de Pouvoir entre nationalistes séparatistes flamingants passionnés et les autres.

D'une part il est une droite populiste bling-bling animée par une idéologie habillée en rationalité économique et scientifique, mais fragile au dialogue. Sa seule voie pour réussir : ridiculiser les autres et par là atteindre la majorité absolue, pour ensuite s'imposer.

La tactique est simple ... Jusqu'après les régionales 2012 : ne jamais se mouiller, ne jamais se compromettre ni compromettre son projet à venir, ne jamais renforcer le fédéral là où nécessaire, et détourner les regards vers les autres détruits par slogans simplistes et ironies incisives.


D'autre part il est des démocrates qui quelque peu dépassés par l'influence manipulatoire des techniques du show-bizz sur les esprits en recherche de décompensation facile. Trop ils se croient irréversiblement fichus alors que leur culture a pour outils essentiels la raison et la science pour tendre vers plus de bien être d'une plus grande majorité d'humains augmentée du respect des minorités.

Très probablement qu'avant les régionales de 2012, former un gouvernement n'est plus envisageable. D'autre part enjoindre les électeurs d'aller voter, alors que preuve a été faite que voter n'apporte rien de rien si ce n'est l'inertie, à quoi bon !

Mais d'où viendra alors le déblocage ?
La réponse est simple : il viendra de ceux qui bloquent !
Soit d'ici 2012 en cas de faux pas, sinon après 2012 !

Est à remarquer que chaque fois qu'ils sortent du mutisme les nobles de la NVA des faux pas ils en font !

Aussi à la Région flamande où ils sont participants et y brillent plus par bavures et projets de nouveaux interdits qu'efficacité.

Du temps hélas il en faut pour découvrir ce qui se cache sous les images, et se rendre compte qu'il ne suffit pas de dire de soi-même qu'on est démocrate pour que le projet planifié le soit, et que l'intérêt du peuple flamand se révèle être celui d'une caste possédante ou / et revancharde.

Il n'existe pas deux, ni mille démocraties. Mais existent différentes façon d'approcher la gestion sociale par un comportement démocratique. Entre démocrates de tous les bords une entente assortie de patience vers "plus tard on verra bien" - chez nous nommée "compromis à la belge" - toujours est seule issue, et jamais l'inertie. Ceci entre Sud, Centre et Nord, et dans chaque Région entre Est et Ouest, et dans chaque rue entre voisins.

Le jour où se révélera plus clairement que le problème n'est pas pour l'instant Nord-Sud mais bien cette fois au Nord entre démocrates et nationalistes, il est évident que la majorité des flamands se rendront compte pour combien peu ils auront été pris en considération dans des visées partisanes qui ont pour objectif de mieux asservir le citoyen sous une pensée unique que de l'aider à mieux vivre.

En ce sens comparer les Socialistes du Sud à la NVA du Nord est insultant. Car les socialos, comme les écolos, comme les libéralos et autres cathos-humanos du Sud (et du Centre), au jour le jour se mouillent et font la preuve de leurs efficacités, bourdes et incompétences, ... autrement dit de leur humanité dont ils sont proches.

Au Nord par contre un ex-titan d'idéologie catholique est avalé par un autre d'idéologie nationaliste qu'il a engendré en échange de sa survie aujourd'hui compromise. Sur quoi débouchera sa mort annoncée ? Faut pas être devin pour voir où on va !

Voient déjà bien où ils vont le Vlaams Belang en déconfiture tellement la NVA en tout lui coupe l'herbe sous le pied.

Commencent à très bien voir où ils vont les PS-a et les Groen. Et déjà ils le disent, l'affirment, le crie.

Reste aux VLD d'afficher de quel côté ils se situent dans une lutte qui enfin annonce ses vraies couleurs. Elles ne sont plus celles de "rouge/vert/jaune/bleu entre eux", mais bien de "tous contre un nationalisme noir nuancé par des restes de brun".

J'aime mes Amis flamands et ai confiance en leur bon sens légendaire.

En chacun d'eux vit un Lamme Goedzak naïf et bon-enfant. En chacun d'eux vit aussi un Tijl Uilenspiegel qui quand il se réveille est capable du meilleur contre ceux qui amènent le pire.

Bien que d'éducation plutôt francophone, en moi vit intensément le Flamand qu'aussi je suis et qui se veut de prendre part active au combat qui n'est pas celui du Nord mais celui de tous les démocrates aux monde.