22/08/2011

joie des Lybiens - crainte pour certains "Belges" ?


La Lybie, pays de peuples opprimés et exploités, se libère. Déjà s'annoncent toutes les incertitudes du lendemain : et après ?
Pas de Constitution, pas d'Assemblées représentatives, pas de Partis, pas de Gouvernement, pas de tradition démocratique, des pauvres à moins pauvres qui tous n'avaient plus rien à perdre ... La route sera longue puisque tout leur reste à imaginer, créer, construire ... ensemble !

La Belgique, pays riche de ses constitutions successives, en indigestion d'excès d'assemblées, de particraties et de gouvernements, tellement habituée à ses rouages démocratiques que ce qui l'amuse encore est d'en abuser, la Belgique avec ses riches et ses pauvres - jamais assez assistés - mais qui tous ont à perdre, ... La Belgique pourra-t-elle libérer sa Pensée après tant d'années de manipulations et tromperies qui lui ont fait croire qu'elle était exsangue, menacée, au bord du gouffre, voire à la merci d'une guerre civile ?

Sa population est-elle prête à se réinsérer dans un climat de confiance et d'accepter que se prolonge l'état de Paix communautaire réapparue au soir du 21 juillet lorsque fut accordé un congé aux négociateurs ?

Les Morins, Ménapiens, Atrébates, Eburons, Trévires, et Oléo-Marécageux de la rive gauche de la Zenne seront-ils capables de retrouver le goût de la personnalisation et désigner comme inadéquat le discours de "Mr Jean Dubois" plutôt que "des Francophones", comme invectivant celui de Mr. Van Piperzeel plutôt que "des Flamands", comme arrogants les propos de "M Francobrux et Mme Valszinneke" plutôt que "des Bruxellois".

Seront-ils capables de se réhabituer au fait que tous au Nord, au Centre et au Sud ils sont des Humains qui aiment, se réjouissent, pleurent, ont des opinions différentes ou concordantes, et en leurs rangs comptent partout des exploiteurs et des exploités, des équilibrés et des frustrés.

Pas évident !
Si la cartographie des idéologies politiques en Flandre enfin apparaît sous des contours mieux identifiables (mais pas pour autant rassurants) avec d'un côté des Partis capables d'en revenir aux traditions démocratiques du dialogue, de l'ouverture à l'autre et du consensus, et ceux d'en face qui préfèrent détruire pour mieux soumettre, la cartographie en Wallonie et Bruxelles, rassurante au premier abord, voile un arrière-plan moins consistant.

Fédérer, se réunir, s'unir, se mettre ensemble peut procéder de deux dynamiques totalement opposées.

Celle de la diabolisation de l'autre qui anime l'esprit des guerriers et combattants. La destruction de l'autre ( ... ou la fuite !?) en est seule issue. Dynamique qui malheureusement doit nous unir lorsqu'une Force qui lui est étrangère menace la méthode démocratique.

Et puis il y a celle qui consiste à tenter chaque jour d'humaniser un peu mieux notre "vivre ensemble" au rythme de nouveaux défis qui sans cesse surgissent et font que demain jamais ne sera plus comme avant. Cette dynamique de la Paix qui permet de trouver solutions qui conviennent au plus grand nombre, tout en respectant autant que ce peut la minorité, qu'en différence avec les autres, tour à tour chacun nous sommes.

Imaginez que nos "Huit" maintenant progressent, imaginent, inventent, créent, proposent et tombent d'accord sur de notables "moyens-termes" (in-)digestes pour tous, l'étape suivante ne sera-t-elle pas de voir au sein des différentes familles politiques se lézarder le ciment qui depuis belle lurette accole les râleurs, indignés, critiques, rattachistes, séparatistes, mécontents, anarchistes, éternels bafoués, nostalgiques, hystériques, cocardiers, ... qui jusqu'ici se sentaient unis dans un même combat factice : déjouer les ruses d'une même menace désignée par "l'autre", l'ennemi d'en face !

Imaginons des Politiques humains démocrates redevenus Hommes, retrouvant le goût de faire ensemble, de trouver la troisième solution si deux exigences semblent antagonistes, capables d'accepter que leurs décisions n'auront de validité qu'un temps limité. Puisque dans un ou dix ans les Humains dont leurs successeurs auront charge de gestion ne seront ni ceux d'hier ni ceux d'aujourd'hui. Ces fichus Humains qui pourtant sont la seule raison qui justifie nos organes de gestion commune, Humains qui n'arrêtent de se croiser encore et toujours un peu plus, jusqu'à mélanger leurs couleurs, traditions et langages ancestraux dépassés pour inventer mille nouvelles nuances.

Allez les Négociateurs ! Depuis hier vous nous donnez l'image de Politiques libérés de vos audimats et commentateurs. Sachez qu'en Démocratie le pire peut venir de l'intérieur, puisque la Concorde anéantit la capacité de "pression" des irréductibles du "contre" inaptes à être "pour".