25/09/2011

vivre d'aimer ...


Tel un navire je vogue sur les océans
Océans plats ou tempétueux
de jour, de nuit
seul avec moi-même

Décidant souverainement de ma route, de mon cap de mon erre
toujours en mouvement, je vogue
de ma naissance à ma mort
seul avec moi-même

Et toi tout autant
et tous tout autant
rapprochés, éloignés, s’apercevant, se devinant,
tous … seuls avec eux-mêmes.

Tel un navire je vogue sur les océans
seul avec moi-même
mais rassuré
par toi qui m’aime.

Lorsqu'à l’horizon je te vois suivre ta route,
je suis rassuré quant à la mienne …

Quand tu t’approches de moi,
tous deux alors nous naviguons
le temps de quelques ondes
seuls avec nous-mêmes
mais ensemble.

Quand je suis en avarie
un seul appel
et déjà tu surgis de je ne sais où !

Accolé à mon bord, sans amarres
tu navigues de concert
pour le temps nécessaire

Mes machines une fois remises en marche
déjà nous repartons
chacun vers son nouveau lendemain.

Et chacun de reprendre sa route vers le cap qui le mieux lui ressemble..

"Au revoir", "à plus tard" ou "à plus jamais" …
quelle importance ?
Puisque pour moi tu existes,
Et que pour toi je suis.

Comme j’aime ta façon de m’aimer,
d’aimer ma liberté d'être moi-même
comme j’aime te voir vivre libre.

Compagnons de route, camarades, amants, époux, complices, frères, soeurs, …
une fois l’un, une fois l’autre,
ou tout à la fois
Amis en tout
ou en complicité ponctuelle …

Le temps d’un instant, d’une heure, d’une Vie
une fois ou toujours
longtemps ou trop court ...

Amitiés complémentaires
jamais concurrentes ...

Mes Amis, mes Amies,
je vous aime.