03/02/2012

être avec son cul par terre


est la position la plus stable.

Quand on y est
autant prendre le temps de faire le bilan,
de se défaire de rêves envolés,
de se libérer du regard des autres,
de mettre fin à des contrats surfaits,
de percevoir que le sens du devoir a dépassé nos possibilités,
et de s'ouvrir à soi-même.

Plus tard,
au fil du temps,
de circonstance en opportunité,
reprendre le cours du fleuve de la Vie,
flotter, s'y diriger sans forcer, et qui sait ...
débouchant sur un nouvel océan d'infinies possibilités,
y prendre enfin pour cap
sa nouvelle authenticité.