18/04/2012

tu es de Gauche toi ? Explique ...


Beîn oui, je pense être "homme de Gauche", même si ...
Même si souvent il me faut décider et agir en "homme de Droite" quand les circonstances ne me laissent d'autre choix.

L'intérêt d'une seule personne jamais ne peut compromettre l'action (positive) de plusieurs autres, et penser qu'il y a toujours solution pour tous ensemble est utopie. Devoir - pour l'intérêt du plus grand nombre - soutenir une discipline d'organisation, d'entreprise, d'association, de Loi est la base indispensable à la réussite efficace de tout projet commun, de toute vie en société.

Le drame de la Droite est que trop elle facilite la pyramide du Chef qui à son tour très vite oublie que les ficelles qu'il tire ne sont pas les siennes mais appartiennent à ses collaborateurs, ses coéquipiers, ses associés, ses «investisseurs d'énergie».

Collaborer n'est pas travailler POUR quelqu'un - ce qui est relation d'esclavage - mais AVEC quelqu'un, et collaborer en unissant les capacités complémentaires de chacun est conception humaine du travail en entreprise. 


Dans les entreprises malsaines - aujourd'hui à nouveau les plus nombreuses - la "collaboration" est usurpée par "l'exploitation" des uns par d'autres. Ces derniers y « placent» de l'argent pour en retirer plus encore, les premiers y «investissent » à perte leur énergie, leur intelligence, leur travail, leur parcelle de vie avec pour seule contrepartie un "salaire de la peur" qui les condamne au silence.

Si parfois je pense et agis en libéral, je vomis, exècre et combat l'ultralibéralisme qui aujourd'hui nous a mené dans l'ornière où les mafieux de tous bords sont redevenus les Seigneurs du monde. Dans ce mondialisme-là ma vision utopiste d'un monde fraternel ne trouve pas le moindre indice d'une ouverture possible.
Dans mon mondialisme à moi, tous travaillent les uns AVEC les autres, et tout travail y mérite un salaire humainement concevable. Si la solidarité avec "les moins munis malgré eux" doit y a avoir sa place, le vol et le détournement y sont proscrits.

Suis-je dès lors de Gauche parce que non de Droite, comme ces derniers jours on dit parfois en France "pour Hollande parce que contre Sarkozy" ? Pas du tout !
Suis-je de Gauche parce que "pour les travailleurs contre les voleurs" ? Presque, mais incomplet !
Suis-je de Gauche car "pour les travailleurs contre l'exploitation du travail par d'autres" ? Déjà mieux !

Mais je suis avant tout de Gauche chaque fois que je puis donner ma préférence à une solution solidaire conforme à mon credo fondamental de Vie qui veut que toute organisation humaine - aussi religieuse, politique, économique, technique et commerciale soit-elle - n'existe que par et POUR les humains qui la compose.

Etre de Gauche pour moi implique d'avoir d'abord Foi en l'Homme.

Ainsi aujourd'hui je m'intéresse de près à ce qui se passe en France.

Et d'un avec Hollande, qui cherche à redéfinir une position socialiste qui a oublié la Foi et s'est corrompue au fil des ans par usure et par faiblesse de nombreux de ses adeptes devenus sensibles à l'intérêt personnel. Avec un Hollande qui doit redéfinir un socialisme qui s'est laissé enfermer dans le discours de l'argent essentiellement capitaliste jusqu'à en rêver autant que la Droite.

Et de deux avec Mélenchon, parce qu'il ressort des tiroirs avec cohérence, verve, brio et puissance les origines de la pensée de Gauche née de ce qui aujourd'hui est inscrit dans les "les Droits - et Devoirs (!) - de l'Homme" à l'instar du "Droits des Seigneurs, des Etats et des Patrons". Un Mélanchon qui surtout ramène à la surface l'essentiel de la Gauche : sa Foi en la Force de l'Homme contre la dictature par la Force de privilégiés.

Certes Mélenchon a facile à dire puisqu'il a tout à gagner et rien à perdre et ne devra pas vraiment assumer ce dont il parle. Et la nostalgie de la révolution ne doit pas nous en faire oublier les outrances.
Mais les "Gauche Hollande" avec les "Gauche Mélenchon" pour pied-de-biche, face à la "Droite Sarkozy" qui en a démontré avec brio la totale incohérence, face à une Droite alourdie par la "Droite Marine" tout simplement ennemie de tout ce que pour moi Humain veut dire, voilà une situation nouvelle qui devrait déboucher sur une dynamique plus humaine. Dynamique humaine  tellement absente de toutes nos institutions actuelles, à commencer au sein de notre nouvelle Communauté fédérative : l'Europe.

Je suis donc de Gauche car de côté cœur.
Merci à Mélenchon de nous rappeler par les tripes ce qui n'était plus que concept encyclopédique d'une Gauche de fils à Bobos.