24/06/2012

Mélenchon


Que j'ai apprécié et apprécie cet Homme que - il y a trois mois encore - je ne connaissais pas.
Pas que je sois un radical de gauche, un communiste, un trotskiste, un tsariste, ... puisque les extrêmes se rejoignent. Loin s'en faut.

Si c'est sous la bannière d'une gauche non feutrée qu'il nous a abordé par sa démarche critique - aussi vis-à-vis de la gauche - et son combat inconditionnel contre tout ce qui peut être suspecté de contenir les germes d'un néo-nazisme toujours latent, Mélenchon sort des oubliettes tout ce qu'il y a de noble et d'éclairant dans l'Histoire de la Pensée humaine.

Quant je découvre une personne brillante, franche, directe, didactique, argumentée, convaincue, conséquente, cohérente, riche d'une force oratoire de tribun ... forcément je lui souhaite meilleur score aux élections, alors que - oh paradoxe - je ne puis dire si politiquement j'aurais voté pour lui.

Aussi mon sentiment personnel est-il que bien au-delà de l'engagé politique, j'ai rencontré en Mélenchon un nouveau chantre (par respect pour lui je ne dis pas "Messie") de ce que signifie pour moi "s'engager pour un idéal démocratique".

Les radicaux de gauche ne sont pas morts. Tant mieux pour eux et tant mieux pour tous. Avoir de tels énergumènes dans un hémicycle d'élus ne peut que leur rappeler qu'ils ne sont pas là pour eux-mêmes, mais bien pour servir les humains qui leur font prêt pour un temps de leur confiance.

Mais l'important surtout est que Mélenchon est bien vivant.
Il est et sera. Il le peut et le veut. Et je le veux ! -:)

Évoluant bien au-delà du débat politique et des valeurs dites "républicaines" - à propos de quoi à longueur de débats nous avons entendu n'importe quoi, et qui donc ne veulent plus rien dire ... Mélenchon s'est avant tout révélé comme phare fédérateur et porte-parole de ceux qui au quotidien tentent de vivre un peu mieux en "Frères des Hommes".