28/06/2012

UE - sommet du jour - révolution des mots interdits


L’Europe sera et sera plus encore.
Parce que nous avons dépassé le milieu du gué et que dernière nous les eaux se sont gonflées et nous coupent de tout retour en arrière. Croyants et incroyants de l'utopie Européenne se retrouvent piégés, condamnés à la marche en avant.

Ceci - au dehors de ses frontières - par une mondialisation débridée, par l'instabilité politique d’États en chambardement, par l'insécurité militaire qu'il risquent d'engendrer, par les mafias multinationales qui selon des techniques vicieuses et perverses (banques, cartels de la drogue, traite des humains, terrorisme...) dévorent nos patrimoines culturels, intellectuels, sociétaux et humains.

Ceci par une difficulté qui lui est interne : difficulté de se défaire d'une nostalgie de conte de fée d'un passé où tout se décidait entre Seigneurs, Princes, Rois, Empereurs et États souverains.

Le sommet européen accouchera d'une avancée magistrale pour les uns, d'un pas de souris ou de rien pour d'autres, ou encore d'une défaite, alors qu'inévitablement ce sera avancée ! Sans surprise nous allons enfin vers plus de fédéralisme et plus de solidarité, l'un n'allant pas sans l'autre.

Où il y aura surprise sera de découvrir (avec admiration et amusement ?) comment la diplomatie formulera les "accords" sans dire les mots interdits : "fédéraliser" pour la France, "solidariser" pour l'Allemagne.

Puisque Hollande a promis le changement, plus de justice, aussi sociale, à une France faite de Français qu'il veut fédérer, il n'est pas impossible que l'homme fasse sauter le verrou de l'inertie nombriliste française et par cohérence étende sa vision pour sa France à notre Europe !

Puisque Merkel en fin de parcours (pour elle aussi son dernier !) après avoir porté une Allemagne mondiale ultralibérale - "une Allemagne au-dessus des autres" au lieu de "une Allemagne avec les autres" - aujourd'hui représente une Allemagne qui découvre le doute et commence à comprendre qu'à force de produire en écrasant des clients qui s'appauvrissent, sa machine de guerre économique risquerait de se retrouver durement entamée.

Puisque Van Rompuy est le spécialiste de la formulation jésuitique en ce qu'elle a d'efficace (pour une fois je m'en réjouis), technique qui exprime des objectifs précis à atteindre (voire déjà obtenus en sourdine) où tous peuvent s'annoncer "gagnants" sans devoir évoquer ce qu'ils ont "perdu".

God save the people !