31/12/2012

2013 - Année normale sans fin du monde ?


Normale oui !

Année avec
ses échecs jamais définitifs,
ses difficultés rarement insurmontables,
ses contrariétés aménageables,
ses nouveaux défis mesurés,
ses créativités inattendues,
ses lents progrès en progression,
ses espoirs réalistes,
ses projets à réaliser avec sérénité,
ses rêves à structurer en projets raisonnables.

Une année où je nous souhaite de devenir pour un temps sourds à tous ceux qu'on n'entend plus depuis une semaine, ces bataillons de transporteurs, d'amplificateurs, de déformateurs, manipulateurs, apocalypseurs d'infos bizz, scoops, audimatés sur la peur, l'instinct, l'urgence.
Alors que nous sommes en droit d'attendre d'eux qu'ils nous aident à grandir, à nous instruire, à nous enseigner le vrai pour distinguer du faux, à nous faire aimer la Raison.

Supprimer un jour de congé pour en faire un jour de travail est parfois évoqué comme solution pour sauver une Région du désastre. Par contre une semaine (voire deux) de "congé général" ne semble menacer ni le Monde, ni personne.

Telle période "d'info en grève forcée" doit nous interpeller sur sa consistance, puisque pendant ce laps de temps
durant lequel nos ondes, télés et autres médias sont confiés aux stagiaires, seconds couteaux, punis de service et pensionnés à qui il revient de séquencer une succession de "mis-en-boîtes", "best-of", "bêtisiers", "caméras-cachées", "Louis de Funès et autres Maladies du bonheur ancestrales" et "ramassis d'images dépassées" qui retracent les "événements" vrais et fabriqués de l'année écoulée et les réécrivent par découpages toujours plus redécoupés - à chacun son histoire semble-t-il ?! -
le Monde ne va pas mieux ni plus mal.

Tout ne va pas bien sur notre Terre.
Et toutes les perspectives ne sont pas réjouissantes.

Mais tout ne va pas pire qu'avant.
Et toutes les perspectives ne sont pas sombres.

Seulement nous faudra-t-il avec un peu plus d'entrain que d'habitude nous mettre en bonne fréquence avec l'ère de grands changements qui débute.

A nous de mieux nous informer par nous-mêmes en attendant que renaisse une génération d'explicateurs en lieu et place des actuels pétaradeurs narcissiques à la mode.

A nous de lâcher un peu de nos acquis pour faire place à de nouvelles acquisitions.

A nous de faire, bien plus que d'en parler !!!