05/12/2012

au milieu des autres, qu'ils sont nombreux


à se promener
en n'admirant que leur propre image,
tenaillés par la crainte de découvrir dans les regards qu'ils ignorent
qui ils sont vraiment.

Avec raison puisque sinon s'installeraient - qui sait ? -
un échange, un geste, un mot, une conversation, un nouvel horizon, une relativisation, ...
la Vie.
Oh horreur pour qui jamais ne fût né !