08/12/2012

une fausse accusation


abat l'accusé jusqu'à le laminer,
déroute son cercle familial,
met en alerte son environnement social selon le principe de la fumée,
départage ses Amis qui lui restent fidèles des autres qui pensaient le connaître, mais pas assez pour résister au doute,
et en sus, sans attendre,
donne à l'accusateur l'a priori favorable par rapport à l'accusé dont on attend qu'il fasse la preuve de l'erreur.

Plus grave est quand il s'avère que l'accusation est fondée mais qu'il y a erreur de personne.
Car alors l'auteur des faits court toujours,
entouré de sa famille, proche souvent de l'accusateur,
jouissant d'une reconnaissance sociale normale,
entouré d'Amis qu'il continue à tromper sur sa vraie personne.
Car alors l'accusateur est vraie victime, mais sans espoir de bonne justice, sans espoir de pouvoir s'en guérir autant que cela lui est possible.

Pire est l'insinuation qui permet de reporter la responsabilité de l'information
sur les autres puisqu'ils auraient alors mal compris
ce qu'on n'a jamais vraiment dit !