16/01/2013

pessimiste ou optimiste ?


Le pessimiste "voit tout en noir" dit-on, et l'optimiste rêve.

Ces deux préprogrammés ne relèvent-ils pas de la psycho-psychiatrie ?
Tous deux ne souffriraient-ils pas d'une même impossibilité : faire bilan et conclure.

Même s'il prévoit l'impensable, le réaliste n'attend rien des autres. S'il croit en lui, jamais il n'est déçu. Il encaisse, prend en compte et riche de sa nouvelle expérience qui jamais plus ne sera celle de demain, il avance mieux averti, mieux informé, mieux aguerri.

Plutôt que de geindre ou de rire, le réaliste connaît des temps pour pleurer et des temps pour sourire.
Comme tous, il connaît des moments de chance et de malchance que lui impose le hasard qui le dépasse. Lorsqu'il y survit, il croit en sa Vie qu'il lui reste à vivre, se relève, et organise sa partie à jouer pour que demain mieux existe.

Chaque journée peut avoir été bonne ou mauvaise, parfois même miraculeuse ou catastrophique. Le plus souvent elle fut un peu des deux. Quelle importance ?
Puisque réapparaît le Soleil qui allume de nouveaux horizons où il nous appartient de décider de geindre, d'attendre, d'attendre des autres, ... ou de reprendre la route en posant de petits pas suivants qui pourront - aussi - être source d'instants de bonheur volatiles.

Faut-il exiger autre chose de la Vie ?
Non, pas pour moi ! Merci.