23/02/2013

la fatalité, lorsqu'elle nous dépasse


oblige à la résignation.
Elle est parfois seule attitude de survie possible.

Mais très souvent,
en acceptant son irréversibilité,
en refusant de s'inventer des culpabilités rassurantes,

il est possible de clôturer un chapitre qui plus jamais ne sera.
et de naître à une nouvelle vie libérée des fantômes du temps dépassé.

Quand je vous dis que j'ai vécu mille vies ...



"Tu vis 1000 et une vie" corrige un Ami intime.
Vrai !

Si le défi de la 1001e m'enthousiasme comme les précédentes, c'est bien parce que toutes sont en moi.