24/05/2013

les drogués de la perfection


se torturent leur vie
qu'il ne parviennent pas à vivre.

Afin de préserver leur obsession
de la perfection
il recherchent sans cesse
l'auteur coupable.

"Peut-être beîn que oui"
"Peut-être beîn que non"
leur est insupportable.

Accepter
la moyenne,
la courbe de Gauss
le hasard
leur est inimaginable,
les rend intolérables,

et intolérants.

Quant à moi,
"peut-être beîn que oui"
"peut-être beîn que non"

chaque fois que
tombent les dés
du côté du
"Peut-être beîn que oui"".

je suis content, satisfait, heureux,
enthousiaste de la Vie.

Jusqu'à me surprendre alors
à dire :
"Voilà qui est parfait !"