16/10/2013

homme du peuple, élitiste ou populiste


Chacun d'entre-nous comprend ce qu'il peut et pas plus.

Le niveau de son QI le rend ni indigne ni plus méritant de sa qualité d'Homme respectable.
A chacun de faire la preuve de sa propre respectabilité.

"L'homme du peuple" explique à ses administrés en termes didactiques compréhensibles par tous. Il fédère par une relative confiance. Hélas, dans le temps qui lui est imparti, il n'en fait jamais assez, ni suffisamment vite et déçoit par ce qu'il n'a pas encore eu le temps de faire.


Un dirigeant détenteur privilégié de vérités compliquées préfère se justifier par sa compétence, plutôt que d'expliquer aux "classes populaires" qu'il a tendance à considérer comme ignares.
Il s'affirme en guide éclairé, en impose, et très vite décrète et agit ce qui ne convient qu'à une poignée. S'il est éclairé, il dure le temps que dure le soutien de ses troupes.


Un populiste ne cherche pas à faire comprendre mais à usurper la place du Chef.

Sans faiblir un seul instant et à tous propos - ce qui lui donne pour image "Détermination, Puissance, Constance, Omniscience" - il mêle sans vergogne mots, verbes, slogans, images et arguments de pacotilles, en justifiant l'un par les autres.

A tenter de fédérer par la technique de l'émotion collective qui déconnecte la tête qui nous est individuelle, il ouvre la boîte de toutes les frustrations, anxiétés et rancoeurs - pulsions difficilement "maîtrisables" - qui hurlent à la "justice" par la vengeance.
Le populiste toujours fait des dégâts en ce que Progrès pour l'Homme veut dire.

Comme il en a fait pendre d'autres, par son propre principe de fonctionnement, il finit par être pendu lorsque les "masses populaires" découvrent la supercherie.
Tôt ou tard.

Le plus tôt est le mieux !!!