17/09/2014

le remorqueur de haute mer


est un grand solitaire.

Inutile au port,
il s'empresse, en alter ego,
de rejoindre son milieu naturel, le grand large,
lorsque celui se fâche et l'appelle au défi.

Lancer vers les naufragés toutes ses amarres,
sauver ceux qui encore survivent,
ramener au port ce qu'il peut,
et au milieu du chaos
faire que la Vie toujours finit par rejoindre
une terre, un port, un rivage,
est sa mission accomplie.

Parfois au prix de sa propre vie.

Le remorqueur de haute mer n'a pour force et puissance
que celles de son humilité, de sa prévision et de sa connaissance
de la force et de la puissance des éléments déchaînés
dans lesquels il s'implémente.

Le grand solitaire connaît ses instants
de bonheur intense,
lorsqu'en mer plus clémente
il rencontre un autre remorqueur,
et avec lui converse, voire même
fait un bout de route ensemble,
toutes amarres lovées,
tous deux libres,
en frères complices
non redevables.

Jusqu'au jour où à court de machine,
heureux d'avoir pu être qui il fut,
heureux de n'avoir pu être que celui qu'il fut,
il décide de son sabordage,

pour disparaître en grand silence
refermer derrière lui le trou de l'oubli,
et rejoindre les fonds de l'infini
qui lui donnèrent Vie.