23/03/2016

les loups solitaires se regroupent


mais ils ne sont pas ceux qu'on nous désignait !
Merci au caricaturiste de traduire par ses quelques traits ce que par mes mots je n'aurais pu exprimer.


                                                            Source "le Soir"

Aujourd'hui pour mon Bruxelles, je n'ai à changer quelconque virgule à mon texte
"d'après-musée juif", "d'après-Charlie" et "d'avant Paris" tellement proches de nous.
Hélas ! Puisque j'espérais qu'après ces trois dernières prises de conscience en date il n'y aurait plus à le revivre.

http://www.rayondevie.com/2015/04/lassassinat-jamais-nest-mineur-ni.html

Il y en aura donc encore. Telle guerre ne se perd pas en trois batailles et ne se gagnera pas dans à l'échelle de notre petit jardin.


Combien de morts dans le sang, de morts dans la vie, de morts dans la pensée libre, de morts dans l'action faudra-i-il pour que les humains remontent aux créneaux en combattants de la dé-manipulation, pour plus fraternité, de solidarité, de  tolérance, de vivre ensemble.

Chaque jour je me pose la question à moi-même et y trouve une possible opportunité, du moins si chacun de nous en décide pour et par lui-même. Que nous soyons croyants ou athées, arrêtons d'espérer que la solution viendra d'en haut et/ou d'ailleurs !

La mondialisation n'est plus idéal fraternel bon enfant, mais réalité envahissante et irréversible qui nous confronte à d'innombrables nouveaux défis. Tout concerne tout le monde.

 
Pour nous Européens, il nous faut remettre sur ses rails fondateurs une Europe aujourd'hui usurpée, qui - en étape intermédiaire - devait, aurait dû et devra préfigurer une société plus anti-conflits, plus humaine, plus équitable, plus fraternelle.


Par notre engagement individuel concret, dénonçons et démantelons les deux dictatures qui aujourd'hui le plus nous tiennent en tenaille et tentent d'assujettir, par les venins de la peur et de l'argent et le maintien de structures étatiques médiévales qu'elles ont achetées,
les "petits riens" que nous devenons.

http://www.rayondevie.com/2015/10/le-fricardisme.html


D'un côté renforçons notre action morale face aux intégrismes barbares extrémistes de tous bords. 
De l'autre côté libérons-nous du fricardisme, de ses techniques de l'urgence et de la performance, par une vie recentrée sur NOTRE essentiel.
Retrouvons la voie  du bon sens, de l'observation et de la simplicité, qui nous élèvent vers plus de sagesse, plus de beauté.
 
En mai 68 nous hurlions "fais l'amour et pas la guerre". Beaucoup passèrent à l'acte, aux actes, souvent même rien qu'aux actes ...
 ...
Aujourd'hui je me permets un erratum :
"aimons-nous et il n'y aura pas de guerre".


Assumons qui nous sommes, apprenons mieux à aimer l'autre en qui il est.
Aimons-nous, toi et moi, sans réticence.