04/12/2017

solstice d'hiver en vue ... et reviendra le printemps


Né les deux pieds sur terre, je les y ai toujours gardés.

Tout au long de ma vie pourtant je me suis élevé, envolé, engagé dans moultes rêves et projets, tous animés par le désir de mieux faire.

Tout cela pour arriver à quoi  ? Un monde aussi horrible que celui dans lequel je suis né mais où, à force me laisser manipuler, maltraiter, écraser, voler, tromper, je finis déboussolé et aveugle devant l'univers, le soleil et la lune.

Jésus chassa les marchands du temple. Que ressentir dans un marché de Noël, pompe à fric de l'inutile et des faux semblants ? Où est passée cette fête naturelle, et du ressenti de son horloge universelle : la nuit la plus longue qui en alternance passe le relais à la Saint-Jean, la nuit la plus courte, toutes deux résultantes des jeux de Lumière orchestrés par le Soleil et la Lune.

Où sont passées les harmonies du vrai, du beau, du durable, de l'utile, de la simplicité ?

Les dictatures plus que jamais omniprésentes, à leurs arsenaux de structures immunisantes, ont ajouté l'anonymat qui désamorce toute volonté de transparence et de justice.
Nous reste, pense-t-on, plus qu'à jouer les perdants : "faire avec" jusqu'au grand étouffement final inéluctable.

"Inéluctable" l'ultime supercherie, puisque que tant qu'il y a vie en nous, rien n'est inéluctable. Reprendre le goût du réel, de nous fréquenter, de passer des heures ensemble, de nous échanger en dimensions réelles.

Avant de juger de leur utilité, j'aime tester les nouvelles techniques, surtout lorsqu'elles concernent les relations humaines. Ainsi ne m'est pas inéluctable de quitter le monde des réseaux sociaux dont les finalités sont surveillance, manipulation, soumission et mensonges. Avec pour résultat que je perds de vue mon Ami dès qu'il me devient ami social, tellement je suis sur-informé de tout ce qui ne me regarde pas, dévié par des images de sa vie sans elle, et bercé de l'illusion de mieux le connaître jusqu'à oublier de prendre de ses nouvelles.

Après un an d'introspection, tel un élastique avant son point de rupture, mon instinct animal de survie augmenté du bon sens - Xème sens accessible aux humains qui lui laissent sa place - me ramènent au ras du sol de notre univers.
Aussi, si certains rêvent d'aller vivre sur Mars, pour fuir en mégadéchetterie notre planète, sous-humains compris, quant à moi je me choisis de tenter une nouvelle fois la Vie sur Terre, même si ...

A mon tour j'y subirai la fin des Iguanodons, et cela peut aller très vite.
Ou alors, d'une stabilité intérieure ravivée, de mes repères naturels remis en juste place, naîtra une nouvelle Lumière qui me permettra de créer de nouvelles pistes de progrès et de pensée qui surmonteront les décombres de la mal-bouffe, d'Alep, du fricardisme implosé, et permettront à la Vie de rejaillir de là où elle est née !

Internet ? Quelle belle machine. Mais pour le reste ...  Amis "sociaux"et autres relations virtuelles, je vous dis "au revoir". 


Amis, rendez-vous dans la vie quotidienne. Vous avez mes coordonnées. A très bientôt !

Aux autres qui par les "réseaux" ont appris que je n'étais pas encore mort, que sans culpabilité il me remettent aux oubliettes. Notre passé commun, aussi beau qu'il ait pu être, a été. Pourquoi obliger les souvenirs à faire semblant d'encore être à ce qui ne sera plus

Bon solstice d'hiver à tous.