04/09/2018

pour notre bon Pape François


aucun égard de la part de nos médias des rumeurs, aucune indulgence, ni empathie.

Pris de court par un journaliste à propos d'homosexualité, sa spontanéité devenue légendaire fit qu'il s'exprima sans retenue, comme peut le faire un Juste de son âge, né comme moi à une autre époque, avec des préjugés et conditionnements coulés en force dans nos gènes, qui parfois resurgissent sans qu'encore on ne les avalise.

Bien vite, son "mot malheureux" fut gommé des sites, plutôt que d'être circonstancié et replacé dans le contexte actuel. On aurait alors compris son conseil aux parents - pour leurs enfants (selon moi aussi au-delà de vingt ans ) qui exprimeraient leur désir de se vouer à une vie monastique - de consulter un psychiatre avant d'entamer un avenir fait de privations et de sacrifices contre nature, et par là expurger leur foi légitime de possibles pulsions parasitaires, voire perverses.

Allez, copain François, j'espère t'avoir rassuré ! Et bonne route que nous terminerons, non pas ensemble mais côte à côte, avec prudente circonspection réciproque certes, mais sans exclusion ni haine !